• Résultat de recherche d'images pour "rozenn le berre de reves et de papiers"

     

    Résumé :

    "je implore toi s'il vous plaît dormir couloir." Ces mots, Mirjet ne me les dit pas. Il les écrit en albanais sur l'ordinateur et c'est Google Traduction qui me les dit. C'est plutôt marrant d'habitude, les traductions déformées par le logiciel. Là, ce n'est pas drôle du tout. Mirjet dit avoir dix-sept ans, mais tant qu'il n'est pas reconnu mineur isolé étranger, je ne peux pas lui trouver un hébergement.

     

    Durant un an et demi, Rozenn Le Berre a travaillé comme éducatrice dans un service d'accueil pour les jeunes exilés arrivés en France sans leurs parents. De cette expérience, elle a tiré un récit littéraire à deux voix. La première, la sienne, est confinée à l'espace de son bureau et se fait l'écho de ces jeunes qui traînent des valises de souvenirs acides, mais que la fureur de vivre maintient debout. La seconde relate le voyage éprouvant de Souley, un jeune Malien qui a décidé de faire l'aventure et doit arriver en France avant ses dix-huit ans.

    Ce livre propose d'aller à la rencontre de jeunes filles et garçons malmenés par l'exil et le labyrinthe administratif français mais qui parviennent petit à petit à se reconstruire, à sourire et danser, à être pénibles et idiots comme des adolescents, à ne plus avoir peur. A vivre au lieu de survivre.

    Rozenn Le Berre est née en 1988. Après des études à Science Po Toulouse, elle s'oriente vers le travail social et le journalisme. De rêves et de papiers est son premier livre.


  • Hafed Benotman - Ça ne valait pas la peine mais ça valait le coup- 26 lettres contre la prison, écrites par Hafed Benotman et choisies par L’Envolée -

    Hafed Benotman nous a quittés en février 2015. Entre 1976 et 2007, notre ami braqueur-sans arme avait passé dix-sept ans en prison. Il était aussi un auteur talentueux de romans, de nouvelles, de pièces de théâtre, de chansons qui ont toujours eu comme sujet l'opposition viscérale à toutes les formes d'enfermement. En 2001, il participe à la création de L'Envolée, un journal et une émission de radio, dont le but est aujourd'hui encore la critique et le combat contre la justice et la prison. Nous publions dans ce livre les textes et lettres qu'il a écrit pour ce journal. Le livre est accompagné d'un disque - florilège de quelques-unes de ses interventions radiophoniques dans l'émission hebdomadaire de L'Envolée

    Éditions du bout de la ville, 200p, 12€  https://lenvolee.net


  • co-édité avec Nux-Vomica (Alès), décembre 2011, 120 pages [5 euros]
    Incognito -  Expériences qui défient l'identification
    Ce livre qui parle de clandestinité projette un rayon de lumière dans l’obscurité. Il propose un saut dans le versant inconnu du secret, dans cette dimension parallèle où, souvent, même ce qui peut être dit ne l’est pas.
    Les dix textes rassemblés ici parlent de ce monde, nous en rapportant quelques voix parmi tant d’autres, des voix dont le ton, les émotions et les messages sont certes variés, mais qui vivent ou ont vécu dans la dimension de la clandestinité. Des expériences qui ont été endurées par choix ou bien pour des raisons extérieures à sa propre volonté, suite à un parcours de luttes révolutionnaires pour les uns ou bien d’une condition sociale pour tant d’autres, tous ceux qui n’ont plus rien à perdre sur les chemins de l’exploitation et de l’atrocité des frontières, pas même une pièce d’identité.

    http://mutineseditions.free.fr/


  • Une femme à la tête d’une colonne au combat.

     Mika Etchebéhère - Ma guerre d'Espagne à moi« Je suis incapable de trouver une autre occupation que celle de me faire tuer. Je n’ai pas, comme les miliciens, le droit de traîner dans les bars pour écourter les jours et les nuits sans combats. Mon statut de femme sans peur et sans reproche, de femme à part, me l’interdit. Mes convictions personnelles aussi me l’interdisent. Alors il ne me reste qu’à me plonger dans le manuel de formation militaire que j’essaie d’apprendre par cœur… »

     C’est l’un des textes les plus forts sur la guerre d’Espagne.

     Écrit par Mika Etchebéhère (1902-1992), une femme qui dirigea une colonne du Parti ouvrier d’unification marxiste (POUM) en 1936-1937. On y croise des minoritaires, des anarcho-syndicalistes et des marxistes antistaliniens, tous habités par la conviction d’imminents lendemains qui chantent.

     La première édition de ce livre rédigé en langue française par une internationaliste argentine qui a fini ses jours à Paris date de 1976 (Denoël). Maurice Nadeau avait alors favorisé sa publication. Le texte a ensuite été republié en format poche par Actes Sud en 1999, dans la collection « Babel Révolutions », sans le moindre appareil critique.
    Cette édition, la plus complète, la plus soignée, la plus luxueuse, doit tout au travail conjoint des éditions Milena et des éditions Libertalia.

    Outre des photos inédites et un texte du poète surréaliste Guy Prévan, on y trouvera une longue préface contextualisante (signée par Charles Jacquier), des extraits de la correspondance de Mika avec Alfred et Marguerite Rosmer ainsi qu’une lettre de Julio Cortázar en fac-similé. L’ouvrage comprend par ailleurs un efficace documentaire de 80 minutes de Fito Pochat et Javier Olivera (DVD).

    « Rien n’est plus triste que de trouver mauvaise l’œuvre d’un ami, et à l’inverse, on ressent une grande joie lorsque ce texte est beau. Beau, nécessaire et efficace, ton livre est le témoin de la guerre d’Espagne, mais également des ruines de notre époque, et de l’invincible espoir qui est le nôtre. » (lettre de Julio Cortázar, 1974)

    Livre-DVD   18 euros — 460 pages  DVD 80 mn
    Coédition Milena-Libertalia.    Parution : 5 mai 2015   ISBN : 9782918059622

    http://www.editionslibertalia.com/catalogue/coeditions/mika-etchebehere-ma-guerre-d-espagne-a-moi

     


  • "D'ici" ~ Claude Held

     

    Résumé :

    on peut

    dans un paysage plat

    voir une touffe d'herbe qui dépasse

    l'entendement à cause

    d'un mot

    plus haut que l'autre

    dans une conversation

    où la réponse vient

    avant la question

     

    se taire serait

    souhaitable sans doute

    sans savoir si

    ça rompt

    un pan de ciel

    surpris

    d'être là aussi

    pour rien

     






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires